Search

Recent publications

--> Url version détaillée , Url version formatée Structure name contains or id is : "409065;155441;135971;102266;212248;578082", Publication type : "('ART')"
777.
titre
Macrodéchets et déchets plastiques issus du trafic routier
auteur
Sophie Ricordel, Lauriane Ledieu, Daniel Astrié, Romain Tramoy, Bruno Tassin, Johnny Gasperi
article
, ASTEE/EDP Sciences, A paraître
titre
Etat de l’art sur la présence de microplastiques dans les eaux destinées à la consommation humaine
auteur
Jean-Sébastien Barbier, Rachid Dris, Johnny Gasperi, Caroline Lecarpentier, Karine Delabre, Sylvie Thibert, Bruno Tassin
article
, ASTEE/EDP Sciences, In press
titre
The response of small and shallow lakes to climate change: new insights from hindcast modelling
auteur
Francesco Piccioni, Céline Casenave, Bruno Jacques Lemaire, Patrick Le Moigne, Philippe Dubois, Brigitte Vinçon-Leite
article
, European Geosciences Union/Copernicus Publ., In press, 12, pp.439-456. ⟨10.5194/esd-2020-51⟩
titre
Contribution à une meilleure explicitation du vocabulaire dans le domaine des solutions dites « alternatives » de gestion des eaux pluviales urbaines
auteur
B Chocat, F Cherqui, B Afrit, G Barjot, M Boumahdi, Pascal Breil, É Brelot, J.-L Célérier, G Chebbo, B de Gouvello, J.-C Deutsch, C Gachelin, M.-C Gromaire, J.-J Hérin, A Jairy, T Maytraud, J Paupardin, D Pierlot, F Rodriguez, S Sandoval, J.-P Tabuchi, C Werey
article
, ASTEE/EDP Sciences, 2022, pp.103-119
titre
Effectiveness of phosphorus control under extreme heatwaves: implications for sediment nutrient releases and greenhouse gas emissions
auteur
Qing Zhan, Cleo Stratmann, Harm van der Geest, Annelies Veraart, Kristof Brenzinger, Miquel Lürling, Lisette de Senerpont Domis
article
, Springer Verlag, 2021, 156 (3), pp.421-436. ⟨10.1007/s10533-021-00854-z⟩

Supervisory authorities

Member of

Collaborative research

by Daniel Thevenot - published on , updated on

Fait marquant 3 : Recherche collaborative

Fait:

La recherche développée par le LEESU étant une recherche impliquée en interaction avec la demande sociale, elle a depuis longtemps laissé une place significative à ses utilisateurs potentiels. Sur les cinq dernières années cette collaboration a pris une ampleur nouvelle qui modifie profondément la conception des programmes de recherche, leur réalisation et leur valorisation. Elle intègre les éléments suivants :

  • co-construction des programmes de recherche avec les partenaires opérationnels
  • participation des partenaires opérationnels à l’activité de recherche via des processus d’apprentissage collectifs
  • valorisation des résultats de la recherche auprès des opérationnels et évaluation du transfert des résultats
  • participation au programme PICRI (Partenariat Institutions Citoyens pour la Recherche et l’Innovation), soutenu par la Région Ile-de-France, sur l’appropriation des connaissances relatives à l’impact de l’activité humaine sur la qualité de l’eau dans le bassin de la Seine par la société civile et la communauté scientifique.

Conséquence pour le LEESU

Le développement de la recherche collaborative est non seulement une nécessité compte tenu des activités du laboratoire, elle est aussi une demande de la part des partenaires opérationnels. Elle a amené à une profonde évolution du fonctionnement du laboratoire en renforçant son intégration dans son réseau de partenaires, en accroissant sensiblement le temps consacré à la valorisation des résultats, et en faisant de ses partenaires opérationnels des acteurs et des objets de la recherche.

Tous les contenus scientifiques des derniers programmes pluri annuels du laboratoire (RainGain, OPUR, PIREN-Seine…) ont fait l’objet d’échanges permettant de mettre en cohérence les questions scientifiques des chercheurs et les questionnements des opérationnels. Ces procédures d’échanges souvent longues – de l’ordre d’une année – impliquent des programmes de recherche pluri annuels de 4 à 6 ans pour pouvoir être efficacement mises en œuvre.

De même ces grands programmes de recherche font régulièrement l’objet de séminaires internes ou ouverts de restitution facilitant l’appropriation des résultats par les opérationnels, en relation avec les sociétés savantes comme l’ASTEE ou la SHF.

Le constat a été fait du temps conséquent que les chercheurs et les responsables des programmes de recherche devaient consacrer à ces activités. Pour cette raison une structure associative d’interface entre les chercheurs et les opérationnels a été créée (Association recherche-collectivités dans le domaine de l’eau en Ile-de-France – ARCEAU-IdF), financée par les opérationnels pour permettre entre autre d’assurer ces étapes de réflexion amont et de valorisation sur les thématiques de recherche. Cette association qui dépasse le cadre du LEESU mais dont le LEESU est à l’origine permet l’émergence d’un processus collectif d’apprentissage, dans lequel tous les acteurs participent.

La méthodologie des programmes de recherche a aussi été largement modifiée, de manière d’une part à impliquer plus étroitement les opérationnels et à les considérer explicitement comme objets de recherche, dans leurs actions et leur positionnement dans les systèmes dans lesquels ils interviennent. Des modèles multi agents de ces systèmes développés conjointement permettent alors de renforcer la pertinence et l’efficacité des approches interdisciplinaires en permettant sur la base des résultats « sciences de la nature » de développer des scénarios de fonctionnement des systèmes puis une analyse des résultats issus de ces scénarios.