Nos tutelles

Nos partenaires

Accueil > Nous connaître > Présentation

Politique scientifique du Leesu en 2014-2018

par Administrateur LEESU, Daniel Thevenot, Julien Le Roux - publié le

Le Leesu développe une recherche interdisciplinaire finalisée et impliquée. Ses travaux de recherche sont en prise avec des questions sociétales majeures :

  • développement d’une ville durable résiliente aux changements globaux,
  • optimisation des ressources hydriques,
  • protection des eaux souterraines et des écosystèmes aquatiques,
  • remédiation des écosystèmes terrestres.


Ils s’inscrivent dans les défis 1 (gestion sobre des ressources et adaptation au changement climatique) et 6 (mobilité et systèmes urbains durables) de la stratégie nationale de la recherche (2013) et répondent à des priorités définies par la stratégie nationale de transition écologique vers un développement durable (2015) dans son Axe 1 sur le développement de territoires durables et résilients.

Les travaux visent, d’une part une meilleure connaissance des flux d’eau et de contaminants chimiques et microbiologiques en milieu urbain, depuis leur source jusqu’à leur devenir dans les milieux récepteurs (sols, plans d’eau urbains, rivières, nappes…) et leur impact sur les écosystèmes. Ils contribuent d’autre part à l’émergence de solutions innovantes permettant une meilleure gestion des ressources naturelles dans les projets urbains. Ces recherches, s’appuient sur l’expérimentation et la modélisation à différentes échelles.
échelles de travail {JPEG}Des données, ponctuelles ou à haute fréquence, sont acquises sur des zones ateliers et des dispositifs lourds d’expérimentation (observatoire OPUR, Soere Ola, Zone Atelier Seine). Des plateformes d’analyses chimiques et microbiologiques de haut niveau viennent compléter ces dispositifs. L’équilibre entre les observations in situ ou en conditions contrôlées et leurs interprétations sert au développement de modèles susceptibles d’être intégrés à une modélisation urbaine plus large. Enfin, différentes techniques d’enquêtes sociologiques (qualitative et quantitative) contribuent à une meilleure compréhension des conditions de production ainsi que des usages sociaux et politiques observés ou potentiels.

Les recherches du Leesu associent hydrologie, physique, biogéochimie, sciences de l’ingénieur, et sciences humaines et sociales. La force du LEESU est de rassembler dans une même dynamique des chercheurs de ces différentes disciplines et d’avoir créé les conditions favorables aux travaux non seulement multi‐ mais interdisciplinaires, ce qui est incontournable pour mener une recherche en environnement pertinente.

Le Leesu ancre ses activités au sein de partenariats opérationnels étroits et de longue durée avec les acteurs de l’eau en milieu urbain, notamment les collectivités locales et territoriales. Ces partenariats ont permis l’essor depuis 1994, sous la coordination du Leesu, de l’observatoire en hydrologie urbaine OPUR (membre de la zone atelier ZA Seine). Dans la continuité de cette approche de travail en lien avec les opérationnels, le Leesu co-anime quatre groupes de travail thématiques (Micropolluants, Normes et usages, Services urbains et Séparation à la source) au sein de l’Association ARCEAU‐IdF.

Au niveau national, le Leesu est un des acteurs majeurs de l’hydrologie urbaine, et noue des relations étroites avec les partenaires scientifiques des observatoires OTHU (à Lyon) et ONEVU (à Nantes), membres du réseau URBIS. Il contribue au Système d’Observation et d’Expérimentation pour la Recherche en Environnement (Soere) Observatoire des lacs alpins (OLA) sur le volet fonctionnement hydrodynamique et écologique des écosystèmes lacustres en milieu urbain et péri-urbain. L’expertise des chercheurs du Leesu est reconnue par leur implication dans des groupes de travail nationaux (ANSES, AFNOR, ASTEE, CEP).

Le Leesu est engagé dans des collaborations internationales étroites et pérennes avec le Brésil (UFMG), le Liban (Université Libanaise et CNRS Libanais). Depuis 2014, il a développé des partenariats avec la Chine et engagé des projets au Vietnam et en Afrique. L’unité participe à des réseaux scientifiques internationaux :

  • Groupes de travail du Joint committee of urban drainage (IWA/IAHR) et au
  • Working Group Microplastics de l’ISO.

Portfolio