Rechercher

Dernières publications

--> Url version détaillée , Url version formatée Structure name contains or id is : "409065;155441;135971;102266;212248;578082", Publication type : "('ART')"
720.
titre
Urban pathways of biocides towards surface waters during dry and wet weathers: Assessment at the Paris conurbation scale
auteur
Claudia Paijens, Adèle Bressy, Bertrand Frère, Damien Tedoldi, Romain Mailler, Vincent Rocher, Pascale Neveu, Régis Moilleron
article
, Elsevier, 2021, 402, pp.123765. ⟨10.1016/j.jhazmat.2020.123765⟩
titre
The NORMAN Association and the European Partnership for Chemicals Risk Assessment (PARC): let's cooperate!
auteur
Valeria Dulio, Jan Koschorreck, Bert van Bavel, Paul van den Brink, Juliane Hollender, John Munthe, Martin Schlabach, Reza Aalizadeh, Marlene Agerstrand, Lutz Ahrens, Ian Allan, Nikiforos Alygizakis, Damia’ Barcelo’, Pernilla Bohlin-Nizzetto, Susanne Boutroup, Werner Brack, Adèle Bressy, Jan Christensen, Lubos Cirka, Adrian Covaci, Anja Derksen, Genevieve Deviller, Milou Dingemans, Magnus Engwall, Despo Fatta-Kassinos, Pablo Gago-Ferrero, Félix Hernández, Dorte Herzke, Klara Hilscherova, Henner Hollert, Marion Junghans, Barbara Kasprzyk-Hordern, Steffen Keiter, Stefan Kools, Anneli Kruve, Dimitra Lambropoulou, Marja Lamoree, Pim Leonards, Benjamin Lopez, Miren Lopez de Alda, Lian Lundy, Jarmila Makovinská, Ionan Marigómez, Jonathan Martin, Brendan Mchugh, Cécile Miège, Simon O’toole, Noora Perkola, Stefano Polesello, Leo Posthuma, Sara Rodriguez-Mozaz, Ivo Roessink, Pawel Rostkowski, Heinz Ruedel, Saer Samanipour, Tobias Schulze, Emma Schymanski, Manfred Sengl, Peter Tarábek, Dorien ten Hulscher, Nikolaos Thomaidis, Anne Togola, Sara Valsecchi, Stefan van Leeuwen, Peter von der Ohe, Katrin Vorkamp, Branislav Vrana, Jaroslav Slobodnik
article
, 2020, 32 (1), ⟨10.1186/s12302-020-00375-w⟩
titre
Transfer dynamics of macroplastics in estuaries – New insights from the Seine estuary: Part 2. Short-term dynamics based on GPS-trackers
auteur
R. Tramoy, J. Gasperi, L. Colasse, M. Silvestre, P. Dubois, C. Noûs, B. Tassin
article
, Elsevier, 2020, 160, pp.111566. ⟨10.1016/j.marpolbul.2020.111566⟩
titre
Despite great expectations in the Seine River Basin, the WFD did not reduce diffuse pollution
auteur
Gabrielle Bouleau, Rémi Barbier, Marie-Pierre Halm-Lemeille, Bruno Tassin, Arnaud Buchs, Florence Habets
article
, Water Alternatives Association (Montpellier), 2020, 13 (3), pp.534-555
titre
Can participatory approaches strengthen the monitoring of cyanobacterial blooms in developing countries? Results from a pilot study conducted in the Lagoon Aghien (Ivory Coast)
auteur
Veronica Mitroi, Kouadio Chrislain Ahi, Pierre-Yves Bulot, Fulbert Tra, José -Frédéric Deroubaix, Mathias Ahoutou, Catherine Quiblier, Mariatou Koné, Julien Kalpy, Jean-François Humbert
article
, Public Library of Science, 2020, 15 (9), pp.e0238832. ⟨10.1371/journal.pone.0238832⟩

Tutelles

Membre de

Présentation du programme de recherche "Biocides at home : emissions, potential exposure and reduction solutions" (Biocid@Home)

par Administrateur - publié le , mis à jour le

Années : 2021 - 2024

Nom du projet : Biocides at home : emissions, potential exposure and reduction solutions

Acronyme du projet : Biocid@Home

Partenaires :
• Leesu - ENPC (porteur du projet) : Adèle Bressy
ANSES
INERIS
UMTEC

Résumé

Le projet Biocid@Home est à l’interface de multiples disciplines (chimie, hydrologie, économie et SHS) afin de caractériser et limiter les impacts sanitaires et environnementaux des biocides, contaminants émergents, qui sont largement utilisés à l’échelle des bâtiments.

Les substances biocides sont omniprésentes dans l’habitat urbain, elles sont utilisées comme conservateurs dans les produits du quotidien (cosmétiques, détergents, textiles), comme biocides dans les matériaux de construction, ou comme pesticides contre les insectes ou les acariens. Ces substances toxiques représentent donc une double menace. D’une part, l’Homme est régulièrement exposé aux biocides dans son domicile, ce qui augmente le risque de sensibilisation, d’induction d’une résistance aux antibiotiques et de cancer, entre autres. D’autre part, ces biocides peuvent être émis dans l’environnement par les eaux usées ou le ruissellement, ce qui peut avoir un impact sur les écosystèmes aquatiques et entraîner une détérioration de la qualité de la ressource.

Malgré cette situation alarmante, les sources urbaines/domestiques de ces substances émergentes, contrairement aux pesticides agricoles, ont été négligées en ce qui concerne l’évaluation des risques sanitaires et environnementaux. Dans ce contexte, les questionnements scientifiques du projet Biocid@Home concernent l’estimation des émissions de biocides par l’habitat urbain, l’évaluation des risques sanitaires et environnementaux liés à ces émissions, et la comparaison des solutions possibles.

Objectifs

Pour y répondre, nous proposons de poursuivre les objectifs suivants :

  1. mesurer les émissions de biocides à l’échelle du bâtiment dans l’air intérieur, les eaux grises et les eaux de ruissellement ;
  2. modéliser les flux, les processus de transfert et la contamination à l’échelle urbaine ;
  3. évaluer les risques sanitaires et environnementaux liés à ces émissions ;
  4. comparer l’efficacité et l’impact socio-économique des solutions potentielles visant à réduire l’exposition. Nous proposons d’étudier les solutions "à la source", c’est-à-dire les traitements décentralisés (phytoépuration des eaux grises et infiltration du ruissellement) et la réduction des émissions par des changements de pratiques (consommation, entretien...). Ces nouvelles solutions seront comparées aux solutions globales : la réglementation pour l’interdiction ou la substitution de substances, et les traitements centralisés dans les stations d’épuration.

Méthodologie

Pour assurer son succès, ce projet ambitieux s’appuie sur une équipe solide, sur les installations de pointe du LEESU en chimie analytique et sur le partage des dispositifs expérimentaux de deux sites pilotes fortement instrumentés.

L’équipe du projet est constituée du LEESU, de l’ANSES, de l’INERIS et de l’UMTEC, elle possède une expertise unique et multidisciplinaire qui combine une expérience dans l’étude des biocides, l’échantillonnage environnemental et la chimie analytique, la modélisation, l’évaluation des risques pour l’environnement et la santé, les études sociologiques sur l’évolution des pratiques et l’approche socio-économique des politiques publiques.

De nouvelles méthodes seront développées sur les produits de transformation (HRMS) et la modélisation du transfert des contaminants de l’échelle du bâtiment à l’échelle de la ville. Une base de données de concentrations de biocides sera produite et traduite en risques sanitaires et environnementaux. L’efficacité de différentes solutions sera évaluée et discutée. Pour la protection des milieux récepteurs, notre projet permettra de hiérarchiser les leviers d’action entre les eaux usées et les eaux pluviales et entre les sources domestiques et les matériaux de construction.

En combinant nos résultats multidisciplinaires, ce projet fournira des informations essentielles pour aider à affiner les futures formes d’actions publiques concernant le contrôle des contaminants émergents et de leur impact sur la santé et l’environnement.