Rechercher


Tutelles

Partenaires

Accueil > Recherche > Thèmes de recherche > Thèmes de recherche 2013-2018 > Innovations dans la gestion du cycle urbain de l’eau

Innovations dans la gestion du cycle urbain de l’eau : Bilan 2013 - 2018

par Daniel Thevenot - publié le

Bilan de 2013 à 2018 des programmes de recherche dans le thème : Innovations dans la gestion du cycle urbain de l’eau

Cette thématique s’inscrit dans une nouvelle approche de la place de l’eau et de la nature en ville. Il s’agit d’explorer les voies possibles d’évolution des systèmes d’assainissement qui permettraient de faire face aux enjeux du XXIe siècle : maximiser la valorisation des ressources carbonées, azotées et phosphorées aujourd’hui présentes dans les eaux usées, créer des ressources en eau alternatives, tout en limitant la consommation d’énergie et l’impact environnemental du système urbain. Les changements possibles de gestion des excrétas à tous les maillons de la chaîne de l’assainissement ont été étudiés (OCAPI : thèse F. Esculier-2018). Des actions ont été conduites sur les nouvelles ressources en eau disponibles en milieu urbain, réduisant la pression sur le milieu récepteur. Le partenariat scientifique Eaubadd (EAU BAtiment Développement Durable), passé entre le CSTB et le Leesu, sur l’analyse des interrelations entre l’échelle du bâtiment et l’échelle urbaine en matière de gestion de l’eau, s’inscrit dans ce contexte :

  • sur la récupération et l’utilisation de l’eau de pluie en milieu urbain (OPUR : thèse Y. Qiao débutée en 2014),
  • sur la diffusion des toitures végétalisées,
  • sur la réutilisation des eaux grises (OPUR : thèse S. Deshayes-2015).

Le potentiel de valorisation des eaux d’exhaure dans le contexte du double réseau parisien (OPUR : thèse C. Trinh-2017) a également été analysé.

L’innovation dans les solutions techniques passe par l’évaluation in situ de leurs performances et leurs conditions de diffusion et d’appropriation. L’évaluation pluridisciplinaire de la performance des solutions de maîtrise à la source de la contamination des eaux pluviales (Roulépur & OPUR) a permis des avancées sur leurs performances épuratoires (thèse K. Flanagan-2018) et hydrologiques de ces ouvrages (thèse L. Varnède, débutée en 2016) mais également sur les aspects liés à l’acceptabilité sociale et technique et au potentiel de diffusion des solutions (post-doc S. Bruzzone). La Chine est un terrain d’expérimentation hors-norme avec le développement non pas d’éco-quartiers mais d’éco-cités. Au sein du groupe transversal Modélisation et dynamiques urbaines du Labex Futurs urbains, l’évolution de l’urbanisme dans une volonté de durabilité des villes en Chine a été analysée. La réflexion a principalement porté sur les indicateurs de performance des éco-cités sino-étrangères considérées comme modèle prometteur de la modernisation écologique chinoise (post-doc Y. Li, Labex Futurs urbains). L’étude sur le système de “Key Performance Indicators” (KPI) de l’éco-cité sino-singapourienne de Tianjin, a souligné les potentialités de cette éco-cité à être « exportée » à d’autres contextes en Chine ou à l’étranger, en tant que modèle d’urbanisme soutenable au regard de la performance environnementale.

L’implication du public a favorisé la mise en place d’un indicateur participatif d’hydromorphie urbaine (PICRI Réinventer l’eau en ville). Parallèlement une série de débats sur la résilience urbaine face aux inondations et aux pollutions ou encore la régulation du climat urbain, a constitué un espace privilégié d’échanges entre les citoyens, les professionnels de la ville et de l’aménagement et les chercheurs.