Rechercher

Dernières publications

--> Url version détaillée , Url version formatée Structure name contains or id is : "409065;155441;135971;102266;212248;578082", Publication type : "('ART')"
722.
titre
Urban pathways of biocides towards surface waters during dry and wet weathers: Assessment at the Paris conurbation scale
auteur
Claudia Paijens, Adèle Bressy, Bertrand Frère, Damien Tedoldi, Romain Mailler, Vincent Rocher, Pascale Neveu, Régis Moilleron
article
, Elsevier, 2021, 402, pp.123765. ⟨10.1016/j.jhazmat.2020.123765⟩
titre
Impacts of organic matter digestion protocols on synthetic, artificial and natural raw fibers
auteur
Robin Treilles, Aurélie Cayla, Johnny Gasperi, Bénédicte Strich, Patrick Ausset, Bruno Tassin
article
, Elsevier, 2020, 748, pp.141230. ⟨10.1016/j.scitotenv.2020.141230⟩
titre
The NORMAN Association and the European Partnership for Chemicals Risk Assessment (PARC): let's cooperate!
auteur
Valeria Dulio, Jan Koschorreck, Bert van Bavel, Paul van den Brink, Juliane Hollender, John Munthe, Martin Schlabach, Reza Aalizadeh, Marlene Agerstrand, Lutz Ahrens, Ian Allan, Nikiforos Alygizakis, Damia’ Barcelo’, Pernilla Bohlin-Nizzetto, Susanne Boutroup, Werner Brack, Adèle Bressy, Jan Christensen, Lubos Cirka, Adrian Covaci, Anja Derksen, Genevieve Deviller, Milou Dingemans, Magnus Engwall, Despo Fatta-Kassinos, Pablo Gago-Ferrero, Félix Hernández, Dorte Herzke, Klara Hilscherova, Henner Hollert, Marion Junghans, Barbara Kasprzyk-Hordern, Steffen Keiter, Stefan Kools, Anneli Kruve, Dimitra Lambropoulou, Marja Lamoree, Pim Leonards, Benjamin Lopez, Miren Lopez de Alda, Lian Lundy, Jarmila Makovinská, Ionan Marigómez, Jonathan Martin, Brendan Mchugh, Cécile Miège, Simon O’toole, Noora Perkola, Stefano Polesello, Leo Posthuma, Sara Rodriguez-Mozaz, Ivo Roessink, Pawel Rostkowski, Heinz Ruedel, Saer Samanipour, Tobias Schulze, Emma Schymanski, Manfred Sengl, Peter Tarábek, Dorien ten Hulscher, Nikolaos Thomaidis, Anne Togola, Sara Valsecchi, Stefan van Leeuwen, Peter von der Ohe, Katrin Vorkamp, Branislav Vrana, Jaroslav Slobodnik
article
, 2020, 32 (1), ⟨10.1186/s12302-020-00375-w⟩
titre
An experimentally-determined general formalism for evaporation and isotope fractionation of Cu and Zn from silicate melts between 1300 and 1500 °C and 1 bar
auteur
Paolo Sossi, Frederic Moynier, Robin Treilles, Marwane Mokhtari, Xiang Wang, Julien Siebert
article
, Elsevier, 2020
titre
Transfer dynamics of macroplastics in estuaries – New insights from the Seine estuary: Part 2. Short-term dynamics based on GPS-trackers
auteur
R. Tramoy, J. Gasperi, L. Colasse, M. Silvestre, P. Dubois, C. Noûs, B. Tassin
article
, Elsevier, 2020, 160, pp.111566. ⟨10.1016/j.marpolbul.2020.111566⟩

Tutelles

Membre de

Phyte’Up - Présentation

par Administrateur, Daniel Thevenot - publié le

Années  : 2019 - 2025

Nom du projet  : Phyte’up : phyto-épuration des eaux grises en toiture

Deux démonstrateurs permettant de filtrer en toiture des eaux grises et de les recycler dans des logements seront construits d’ici 3 ans à Bordeaux (dans le cadre de la ZAC Garonne-Eiffel) et à Ivry (dans le cadre de la ZAC Gagarine-Truillot) !

1. Problématique et présentation du projet

Phyte’up est un des 8 projets lauréats de l’Appel à Manifestation d’Intérêt Permis d’Innover lancé par les trois Établissements Publics d’Aménagement (EPA) Euroméditerranée à Marseille, Grand Paris Aménagement et Bordeaux Euratlantique, soutenu par le Ministère de la Cohésion des Territoires.

Il est un des deux seuls projets à avoir été retenu pour une réalisation sur l’ensemble des trois territoires. Sous le patronage de chacun des EPA, les réalisations associent le Leesu (Laboratoire Eau Environnement et Systèmes Urbains), le cabinet d’architecture Daquin - Ferrière & Associés et un bailleur ou un promoteur immobilier.

A Bordeaux, le dispositif Phyte’up sera intégré à un projet de logements sociaux porté par Domofrance et doit permettre d’alimenter les toilettes d’une cinquantaine de logements ainsi que des systèmes de nettoyage des surfaces dans les espaces communs et les parkings.

A Ivry, un des bâtiments de logements en accession à la propriété, prévu dans la première tranche de réalisations de la ZAC Gagarine-Truillot, intégrera le dispositif de filtration pour les mêmes usages que ceux imaginés à Bordeaux, mais également pour l’irrigation des espaces d’agriculture urbaine en toitures et au sol dans le quartier.

La construction des bâtiments accueillant le dispositif de filtration et de valorisation des eaux grises devra débuter à l’automne 2020 pour une livraison courant 2022. Mais l’innovation ne s’arrêtera pas avec la livraison des démonstrateurs puisqu’il est prévu de suivre et d’évaluer les performances du dispositif et l’appropriation par ses usagers pendant les trois premières années de fonctionnement.

Phyte’up devrait ainsi permettre de répondre aux exigences d’économie d’eau dans toutes les constructions neuves prévues dans le Pacte de 23 mesures pour préserver l’eau annoncé début juillet 2019 par le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire (MTES).

Les démonstrateurs mis en œuvre à Bordeaux et à Ivry permettront de faire la preuve de l’efficacité d’un procédé naturel de filtration des eaux grises et de l’adéquation de la qualité de l’eau ainsi obtenue pour les usages domestiques qui ne nécessitent pas une eau destinée à la consommation humaine. En complément les démonstrateurs permettront d’évaluer la capacité de ce procédé à abattre certains micropolluants qui ne sont pas encore réglementés…

2. Objectifs : Principes et bénéfices environnementaux attendus

L’innovation proposée consiste à récupérer les eaux de pluie et certaines des eaux grises générées par les habitants, à les traiter et à les réinjecter dans un réseau parallèle au réseau d’eau potable à des fins d’alimentation de leurs toilettes, de lavage des surfaces (communs et parking) et d’arrosage des plantes. Ces eaux grises sont, grâce à un procédé de phytoépuration développé et optimisé par la société Aquatiris situé en toiture d’immeuble, traitées et rendues propres à des usages intérieurs (voir figure 1). Le procédé développé permet d’atteindre une qualité d’eau propre – non potable – appropriée aux usages intérieurs visés. Sous contrôle des instances sanitaires compétentes, la procédure Permis d’Innover permet de déroger temporairement à la réglementation existante pour ces usages. Il nécessite cependant un suivi permanent de la qualité de l’eau recyclée et l’implantation d’un double réseau de distribution à l’intérieur du bâtiment.

Figure 1 : Schéma simplifié du système Phyte’up pour la phytoépuration des eaux grises et la récupération des eaux de pluie et flux d’eau dans le bâtiment

Ce système en toiture est particulièrement adapté au contexte d’un milieu urbain dense dans lequel la ressource foncière est très contrainte. En complément des bénéfices en termes de réduction des consommations d’eau potable, le filtre planté de roseaux, agrémenté par une végétation semi-aquatique et accessible en toiture, contribue à un ensemble de services écosystémiques :

  • biodiversité « ordinaire »,
  • rétention des eaux météoriques et réduction de la vulnérabilité du réseau aux événements pluvieux,
  • limitation de l’effet d’îlot de chaleur urbain.

Outre les performances environnementales attendues, l’originalité de Phyte’up réside dans la mise en œuvre d’une démarche expérimentale liant les procédés technologiques développés à une « innovation d’usage » : les habitants sont impliqués dans une démarche de co-conception du dispositif et de son système d’évaluation en temps réel de ses performances épuratoires, permettant ainsi de remédier au déficit souvent constaté d’appropriation des technologies développées dans l’habitat durable. Cette participation des habitants, rendue possible par leur association à la conception, à la surveillance du fonctionnement et, à l’entretien, permet de garantir l’efficacité et la pérennité du système et d’éviter des pratiques de gaspillage des bénéfices environnementaux permis par Phyte’up.

Partenaires

Annonce du Grand Paris : Leesu lauréat de l’Appel à Manifestation d’Intérêt

Contacts : José-Frédéric Deroubaix ou Régis Moilleron