Appel à témoignage n°1 : Comment faisait-on chez vos grands parents ?

Le projet « Aux toilettes… et après ? » cherche des témoins

Autour des toilettes, un certain nombre de questions se posent. Ce sont des gestes tellement quotidiens, évidents et intimes qu’on n’en parle en général très peu. Pourtant nous avons tous et toutes des réponses différentes à apporter. En effet, les façons de « faire » varient en fonction de l’époque, du contexte culturel et géographique. Et il serait très utile d’en savoir plus pour accompagner au mieux l’évolution actuelle des systèmes d’assainissement sans oublier la diversité des modes de vie. Nous lançons donc une série d’appels à témoignages, dans le cadre du projet « Aux toilettes…et après ? », volet anthropologique d’OCAPI.

Voici le premier :

« Comment faisait-on, chez vos grands-parents ? » Quel que soit votre âge, et où que vous ayez grandi, si vous avez envie de partager vos souvenirs, nous attendons vos récits à l’adresse ocapi@enpc.fr. Nous serions intéressés de connaître l’ensemble du système employé jusqu’à la destination finale des matières produites. Il est aussi possible de contribuer par un témoignage oral. Marine Legrand sera alors heureuse d’échanger avec vous lors d’un entretien. N’hésitez pas à nous signaler votre intérêt. Un grand merci d’avance !

 

Image : casque militaire ancien transformé en pot de chambre. Museo Guatelli. (cc) Véronique

2 réflexions sur “Appel à témoignage n°1 : Comment faisait-on chez vos grands parents ?”

  1. Voici deux exemples de gestion par mes grands-mères :
    – ma grand-mère maternelle, dans les années 1980 en Gaspésie (petit village près de Gaspé, Québec), demandait à ses petits-enfants de faire pipi sur la rhubarbe de son jardin ;
    – ma grand-mère paternelle, dans les années 1930 en Auvergne (petit village non loin de Clermont-Ferrand), déversait quotidiennement son pot de chambre dans la rivière du village, comme tout le monde.

  2. Mes grands-parents avaient un terrain de loisir sur le littoral breton. Une caravane, une arrivée d’eau, quelques pommiers et… un vétuste abri de jardin au fond du champ. Le matériel de jardinage et la tondeuse y étaient stockés. Un trône en céramique était simplement posé au dessus d’une fosse. Obscurité, mouches, araignées et odeurs marquantes à vie !

Répondre à Vincent Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *