L’urine humaine utilisée en hydroponie

En plus de la fertilisation et de la fert-irrigation, il est également possible d’utiliser l’urine humaine en hydroponie. Une tentative couronnée de succès a ainsi été menée sur à l’institut universitaire de Design Post-Industriel de Bâle, en Suisse. L’équipe d’OCAPI en visite en Suisse a pu en ramener une preuve. Le principe : des toilettes sèches séparatives ont été installées à l’entrée de l’institut. L’urine collectée s’écoule vers un bac où diverses plantes ont été installées, dont du maïs.

 

Elles y prospèrent en hydroponie, c’est-à-dire sans terre, mais sur un simple support physique qui permet l’installation des racines et la circulation d’un liquide nutritif. Ici le support est composé de billes d’argiles. Quant au fluide nutritif, il s’agit dans ce cas, d’urine humaine. L’hydroponie s’ajoute donc aux différentes options offertes pour l’utilisation de l’urine humaine en agriculture.

Une pratique amateur déjà développée

Si de nombreuses personnes utilisent déjà leur propre urine pour fertiliser leur jardin potager, elle est également appropriée par certains pour la production de spiruline vivante en aquarium. Ces producteurs d’algues amateurs cultivent la spiruline pour la consommer comme complément alimentaire. De là à imaginer un débouché supplémentaire à grande échelle pour l’urine humaine auprès des producteurs professionnels de spiruline, il n’y a qu’un pas. Ne reste plus qu’à le franchir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *